Revue 113

 


  RÉSUMÉ DU N°113



Généalo-J

Revue française de généalogie juive, éditée par le CGJ

printemps 2013


Vie du Cercle
 

 

Familles

Simon Kanoui (1842-1915) : un passeur de civilisation.

Geneviève Dermenjian

Simon Kanoui a été président du consistoire israélite d’Oran de 1870 à sa mort en 1915. Ce personnage a été célèbre dans toute l’Algérie pour son action de protection et de promotion de la communauté juive d’Oran et d’Algérie. Mais il fut aussi critiqué pour ses manoeuvres électorales qui nuisirent à sa réputation et contribuèrent à la poussée du sentiment antijuif. L’étude de l’état civil nous permet d’entrer dans l’intimité du personnage, de sa famille et de son entourage et de jeter les bases d’une étude sociologique des notables d’Oran: mariages, positions sociales, francisation progressive…

A la recherche de Jacob Miguéres

Michel Zaffran

L’auteur, arrière-petit-fils de Jacob Miguéres né à Alger en 1848, fait le point sur ses recherches en vue d’explorer l’énigme familiale de la disparition prématurée de cet aïeul. Que faisait-il à Lisbonne, où il décède en 1879 à l’âge de 31 ans, alors que son épouse, Sultana Aboulker, et ses trois enfants en bas âge étaient établis à Alger ?

 

Mélanges

David Pinto (1834-1915), rabbin et maître d’école en Algérie, mon grand-père paternel

Huguette Alphandary

L’auteur retrace le parcours de son grand-père paternel David Pinto (Marrakech 1834-Oran 1915) à partir de documents familiaux et de dossiers conservés au CARAN et au CAOM. D’une famille originaire du Portugal, il quitte le Maroc vers 1865 pour s'installer à Oran, en Algérie. Marié à Messaouda Aknin, qui a aussi des racines marocaines, il fonde une importante famille. “Indigène marocain”, David Pinto obtient la citoyenneté française, il exerce comme rabbin et maître d'école, tient un midrash à Oran, en crée un autre à Aïn- Témouchent. L’auteur s’attache à reconstituer ses conditions de vie.


Un lycée du soleil : le lycée Lamoricière d’Oran

Joseph Boumendil

Le lycée Lamoricière d’Oran (Algérie) a formé de 1887 à 1962 (et un peu au-delà) des générations de bacheliers et de futurs professionnels de haut niveau. Les Juifs de l’Oranie s’y sont distingués particulièrement au cours des ans, aussi bien en tant qu’élèves que professeurs : on peut aisément constater leur surreprésentation dans la « botte ». L’article en évoque quelques-uns en fournissant des indications généalogiques.

 

Paléographie Hébraïque

Chronique d’hébreu : Ketuboth d’Oran,

Eliane Roos Schuhl

L’auteur propose une étude généalogique, onomastique et paléographique de deux contrats de mariage religieux rédigés à Oran en 1901 et 1934. Ils appartiennent à la famille Darmon qui compte plusieurs érudits de renom.

 

Lire  

Ouvrages

Revue de presse

 

Lire en ligne et télécharger (réservé aux adhérents)

Acheter cette revue (fichier pdf à télécharger)

Acheter cette revue (exemplaire papier)