Revue 149

RÉSUMÉS du N° 149

Annie Léon
La famille Kiefe : entre France et Allemagne
De la famille Kiefe, dont l’auteure fait partie, on savait seulement qu’elle était originaire de Baisingen dans l’État de Bade- Wurtemberg ; Annie Léon tente de déterminer ses origines plus lointaines et de tracer un tableau de ses conditions de vie dans ce village au 19e siècle. Ont été particulièrement étudiés les descendants de Théophile Gottlieb (Gimple) Kiefe (1812-1888) et de Jette Schwab (1824-1897). Deux de leurs fils étaient devenus français à la fin du 19e siècle. Mais existait-il d’autres enfants restés allemands ? Si oui, quels destins avaient-ils connus à la lueur des conflits franco-allemands des 19e et 20e siècles ? Si Annie Léon a réussi à les identifier, l’enquête s’avéra plus difficile au niveau de la connaissance de leurs parcours de vie. Ceci explique que l’article se soit concentré sur les deux Kiefe « français » et leur descendance, les alliances de familles, les drames lors des guerres, l’évolution sociale.

 voir ici les liens corrigés de cet article

Robert Jacky Ouaknine
Ma famille dispersée du Maroc : Ouaknine, Elbaz, Lusqui
Né à Paris en 1950 de parents juifs marocains, l’auteur a questionné son histoire familiale dans le cadre d’un projet très personnel d’Autojudéographie. Dans cet article, il évoque la découverte des origines de sa famille casablancaise : judéo-portugaises du côté maternel (Elbaz, de la ville d’Elvas, Espagne) et judéo-berbères du côté paternel (Ouaknine, Demnate, Moyen Atlas), familles intégrées au Maroc depuis de nombreuses générations. Divers documents et récits familiaux évoquent des voyages inattendus au début du 20e siècle (Joseph Elbaz en Amérique du Sud ; Moses Lusqui, Simon Elbaz en Palestine). Les départs définitifs du Maroc se produisirent en plusieurs vagues, de 1949 à 1991, principalement vers Israël mais aussi vers la France, les États-Unis, l’Angleterre.

Anne-Marie Fribourg
« À la Grande Maison », histoire d’une société familiale de confection (Paris, Santiago du Chili)
Cet article retrace l’histoire d’une enseigne familiale « À la Grande Maison », entreprise de confection installée d’abord à Paris, puis à la fois au Chili et en province. Les racines familiales se trouvent à Forbach et à Clermont-Ferrand. On y côtoie aussi la colonie française implantée au Chili dans la deuxième partie du 19e siècle. Cette histoire s’achève en 1939.

Mariane Wolff
Du commerce de bestiaux au prix Nobel : la famille d’Auguste Jacob et de Jeanne Weill
Se basant sur ses propres souvenirs et sur des archives familiales retrouvées au décès de ses parents, Marianne Wolff retrace ici le parcours de son arrière-grand-père maternel Auguste Jacob, de sa femme Jeanne Weill et de leurs trois fils Simon, Pierre et André. De Vergaville, petit bourg de Lorraine, où il était destiné à suivre les traces de son père, marchand de bestiaux, Auguste Jacob créa puis développa avec ses fils une activité de marchand de biens, s’installant successivement à Vézelise, Nancy puis Paris. Deux des petits-enfants du couple sont bien connus : François Jacob, prix Nobel de médecine en 1965, Compagnon de la Libération, académicien, et Gilles Jacob qui présida longtemps le festival de Cannes ; et à la génération suivante, Odile Jacob, éditrice, leur arrière-petite-fille.

Lire en ligne et télécharger (réservé aux adhérents abonnés à la revue en 2022)

Acheter ce numéro (exemplaire papier)