Revue 109

 
 
 
   

 




 

  RÉSUMÉ DU N°109


Revue du Cercle de Généalogie Juive n° 109

mars 2012


Activités du Cercle

Familles


Haas & Cie

Anne-Marie FRIBOURG

Cet article retrace l'histoire d'une famille originaire de Haute Alsace dont deux frères nés dans la première moitié du 19e siècle sont à l'origine de la création d'une industrie horlogère dès
1848, l'un à New York, l'autre à Paris et à Genève. L’entreprise Haas et Cie a innové en
recherchant toujours plus de précision et de finesse pour aboutir à des objets d'art et a obtenu
de nombreuses médailles aux Expositions Universelles. L'étude de la descendance réserve
quelques surprises, puisqu'on y trouve plusieurs personnes célèbres.

Le Caïd Nessim, personnage central de la dynastie des Caïds Scemama ou Samama de Tunis

Gilles BOULU

Les Scemama ou Samama fournirent à la Régence de Tunis un grand nombre de personnalités
dans les domaines clés de la société tunisienne, particulièrement l’administration des finances
du pays et la direction de la communauté juive avec au XIXe siècle la dynastie des caïds.
L’auteur qui se rattache à cette dynastie, brosse un portrait biographique du plus fameux
d’entre eux, le caïd Nessim Scemama (1805-1873), personnage controversé et rendu célèbre
par ses agissements lors de la crise financière que connut la Tunisie. Gilles Boulu fournit
également des éléments de l’ascendance du caïd et une généalogie de ses héritiers.


Les Hajwentreger et Brzostek de Powązki, faubourg de Varsovie
D'un registre de population mal connu à un bilan généalogique encore hardi


Daniel VANGHELUWE et Louisette FLACHER

Les auteurs font le point des différentes sources référencées pour Powązki dans les
faubourgs de Varsovie : cimetière, registre de population et registre d'état-civil du
village voisin, Kaskada. Ils analysent les documents reçus, élaborent des
hypothèses quant aux relations familiales des Hajwentreger et Brzostek. Ils
suggèrent d'autres pistes de recherches.


Le judéo-comtadin : une langue disparue ?

Michel ALESSIO

Les quatre communautés d'Avignon et du Comtat Venaissin qui formaient un îlot de judéité
dans la France d'Ancien Régime étaient-elles aussi un isolat linguistique ? Tel était le point de
vue de Zosa Szajkowski qui, dans "La langue des Juifs du Pape", part à la recherche d'une
"judéo-langue" disparue, et ne trouve que le provençal commun à toute la population, émaillé
d'emprunts lexicaux à l'hébreu. Une judéo-langue, c'est toujours une langue apportée d'ailleurs,
ce qui n'était pas le cas dans un territoire où les Juifs vivaient sans discontinuité depuis
l'Antiquité.

 

 

Fonds de Documentation   

Liste de documents et d'ouvrages reçus récemment

 

Revue de livres et de presse

 

Questions et Réponses

 

Acheter ce numéro (exemplaire papier)

Acheter ce numéro (fichier pdf à télécharger)