1905-1910 & 1919 : Algérie - État civil

Source: 

ANOM (Archives Nationales d'Outre-Mer), Aix-en-Provence

Auteur(s): 

Martine Bendriem, André Farache, Patrice JOURNEAU & autres bénévoles du CGJ

Nombre d'enregistrements: 

10473

CONTEXTE

En Algérie, l’état civil pour les Juifs est mis en œuvre à partir de 1836 à Alger [1], 1837 à Oran et un peu plus tard à Constantine, cette ville n’étant prise qu’en 1837 ; dans les petites villes dépendant de ces trois préfectures, les Juifs doivent faire enregistrer leurs naissances et leurs décès ; ils ont le droit de se marier à la mairie, le mariage traditionnel "devant le rabbin" restant légal.

Le mariage civil, bien qu’il soit contradictoire avec la loi mosaïque, entre très progressivement dans les habitudes [2].

Les Registres d’état civil sont alors communs aux européens et aux Juifs, sauf à Alger où ils sont distincts jusqu’au Décret Crémieux, le 24 octobre 1870.

Les Archives nationales d’outre-mer, A.N.O.M., ont numérisé les Registres et les ont indexés pour la période allant de 1836 à 1904 ; au-delà de cette date, l’ANOM met régulièrement sur son site, compte tenu des obligations légales, les Registres sans indexation.

Des membres du CGJ ont réalisés l’indexation de ces Registres, afin de faciliter les recherches de ses membres.

 

PERIMETRE ACTUEL DES DONNÉES

André FARACHE a extrait des registres mis en ligne sur le site de l'A.N.O.M. les noms et prénoms de plus de 7300 enfants Juifs nés en Algérie de 1905 à 1910, ceux de leurs pères, mères et témoins. Il a reporté aussi les mentions marginales des actes (noms et prénoms des conjoints). La recherche dans ce relevé peut se faire selon  différents critères habituels dans REGIE : nom, prénom, commune, année ainsi que la Recherche dans tous les champs, dite 'Full Text'  (y compris d'ailleurs nom et prénom).

En mars 2021, cette base s'est enrichie du travail effectué par Patrice JOURNEAU - toujours depuis le site de l'A.N.O.M. : il a extrait des registres mis en ligne par l'A.N.O.M. tous les noms et prénoms des enfants Juifs nés à Alger en 1919, le numéro des actes ainsi que le numéro de la page de la visionneuse visualisant l'acte. 387 actes de naissance, de reconnaissance ont ainsi été rajoutés. Pour faciliter l'accès à l'image de l'acte ainsi qu'aux autres informations, un lien hypertexte a été ajouté qui permet d'accéder directement au site de l'ANOM pour la ville d'Alger, l'année considérée (1919 donc) et le registre des naissances : il ne reste plus alors qu'à saisir le numéro de page de l'acte à gauche de l'écran de la visionneuse pour faire apparaître l’acte.

Début décembre 2021, à l'occasion d'une mise à jour de REGIE, la base Mariages Algérie 1905-1910 a été intégrée à celle des Naissances afin de regrouper les données et faciliter les recherches. Nous en avons profité pour  ajouter un lien hypertexte qui permet d'accéder directement au site de l'ANOM pour la ville considérée, l'année considérée (1905 à 1910) et les registres de mariages : il ne reste plus alors qu'à rechercher l'acte à l'aide de la visionneuse.
 
Fin décembre 2021, à l'occasion d'une autre mise à jour de REGIE, les données du tableau des décès à Alger de 1905 à 1910 établie par Martine BENDRIEM ont été intégrées à la base des Naissances et des Mariages afin de regrouper les données et faciliter les recherches dans REGIE (rappel : les données des tableaux ne sont bien sûr pas indexées dans REGIE). Nous en avons profité pour  ajouter un lien hypertexte qui permet d'accéder directement au site de l'ANOM pour la ville (Alger donc), l'année considérée (1905 à 1910) et le registres des décès : il ne reste plus alors qu'à rechercher l'acte à l'aide de la visionneuse.
 
 
D'autres bases actuellement indépendantes seront intégrées au fil des mises à jour de REGIE.


[1] L’état civil pour les Juifs a été réglementé par des arrêtés du Maréchal Clauzel, qui était alors Gouverneur Général de l’Algérie. Ces arrêtés eux-mêmes ont disparus et ne sont connus que par leurs conséquences.

[2] Malgré son coût élevé, lié aux actes de notoriété nécessaires.