Balkans et Empire Ottoman   Bulgarie   Grèce   Israël   Liban   Syrie   Turquie  

REGIE s'enrichit avec ce 1er dossier concernant Israël !

REGIE s'enrichit avec ce 1er dossier concernant Israël,  issu des Archives Historiques de l’A.I.U.

Vous y trouverez principalement la petite (et la grande) Histoire de la Région de Tibériade, entre 1882 et 1919, à travers les écoles de l’AIU. Plusieurs milliers de pages ont été exploitées par des chercheurs du CGJ, pour vous permettre de retrouver 1400 personnes (des professeurs, des élèves, des parents).

Par exemple, Mlle Flore ZREHEN, élève de la 3ème classe et Mlle Esther ABADI, élève de la 5ème classe qui ont reçu une robe à l’occasion de la Pâque Juive, respectivement en 1908 et 1910 !

Israël (AIU)

Le Cercle de Généalogie Juive a entrepris l’indexation des Archives historiques (1860-1940) de l’Alliance Israélite Universelle (A.I.U.), avec l’accord de cette dernière. Il y avait, à la veille de la guerre de 1914, 183 écoles réparties dans 90 villes : en Afrique du Nord, dans l’Empire ottoman et les Balkans, au Moyen-Orient ce qui donne une idée de l’importante masse de documents que nous avons devant nous ; il s’agit principalement de lettres et de rapports adressés par les professeurs des écoles au Comité central de l’Alliance à Paris.

 

ÉCOLES DE L'A.I.U. EN ISRAEL

L'A.I.U. crée plusieurs écoles de garçons et de filles en Israël :

  • La très célèbre ferme-école de Mikweh Israël dès 1870 et toujours en activité
  • Une école primaire de garçons (en 1881) et une école primaire de filles (en 1895) à Caïffa
  • Une école primaire de garçons (en 1892) et une école primaire de filles (en 1894) à Jaffa
  • Plusieurs écoles à Jérusalem :
    • Une école primaire de garçons (en 1897) et une école primaire de filles (1906)
    • Une école professionnelle de garçons en 1882
  • Une école primaire de garçons et une école primaire de filles (en 1897) à Safed
  • Une école primaire de garçons (en 1897) et une école primaire de filles (en 1900) à Tibériade

 

PERIMETRE ACTUEL DES DONNÉES (dernière mise à jour le 29 octobre 2021)

Le troisième dossier relatif aux actions menées par l’Alliance Israélite Universelle (A.I.U.) en Palestine ottomane vient d’être mis à votre disposition dans la base de données REGIE.

Il s’agit de l’école professionnelle ("Institution Professionnelle") de Jérusalem, créée en 1882, destinée à former des  ouvriers spécialisés ou des chefs d’atelier. L’ensemble des documents analysés porte en majorité sur les six premiers mois de 1902. Des informations intéressantes sur l’origine ou la durée du séjour des élèves l’école, à Jérusalem, est fournie ; nous avons, outre les noms et prénoms des élèves, les dates d’entrée et de sortie de l’école, la formation, la ville d’origine des élèves et la ville où, après leur sortie de l’école, ils exercent leur activité. 

Ce troisième dossier publié le 29 octobre 2021 contient 944 enregistrements allant de 1898 (40 enr.) à 1902 (90% des enr.) et 76 documents numérisés (pdf). Beaucoup de ces documents concernent plusieurs enregistrements (cas de liste d'élèves...) et concernent très souvent plusieurs dizaines enregistrements. Notons également la présence de courriers (comptes-rendus) du Directeur de l'école - M. Albert ANTEBI - à la Direction de l'A.I.U. à Paris concernant les difficultés locales rencontrées sur le terrain. 

En synthèse, la base (domaine) ISRAEL-AIU de REGIE contient 3 254 enregistrements allant de 1882 à 1919 et 240 documents numérisés (jpg & pdf). Beaucoup de ces documents concernent plusieurs enregistrements (cas de liste de cotisation, d'adhérents ou d'élèves...) et concernent très souvent plusieurs enregistrements.

 

Photo : photothèque de l'A.I.U. (https://www.aiu.org/fr/album/186)

 

 

Jérusalem - Les protégés du consulat de France

Dans la deuxième partie du dix-neuvième et au début du vingtième siècle, de nombreux juifs, venant d’un peu partout, arrivent à Jérusalem et obtiennent la protection française ; leurs dossiers ont été conservés dans les Archives du Consulat de France à Jérusalem. Ils sont accessibles aux Archives Diplomatiques, où une équipe de bénévoles du CGJ a effectué leur analyse.