Naturalisations françaises

En généalogie juive, au cours de la période contemporaine, il est indispensable de penser aux "naturalisations": naturalisations proprement dites, pertes de nationalité, ainsi qu'aux demandes de naturalisation qui auraient pu être ajournées. Celles-ci interviennent soit à l'issue d'une émigration des personnes, soit à l'issue de changements géopolitiques entraînant des modifications de souveraineté sur les territoires, soit à l'issue de changements des codes de la nationalité. 

Les principales catégories des juifs français concernés par les "naturalisations" contemporaines sont les suivantes:

  •  Juifs de France mais surtout des Colonies (Algérie) dont l'accès à la nationalité française est soudain facilitée sous Napoléon III puis au cours des débuts de la IIIème République.
  • Juifs  émigrés en France, principalement entre 1900 et 1950

    Pour des ancêtres d'Europe de l'Est qui aurait vécu un certain temps en Belgique, en Suisse etc... des sources similaires concernant l'accès à la citoyenneté du pays existent également.
    Dans son pays d'origine aussi, la personne étrangère a pu faire l'objet d'une vérification ou d'un retrait de sa citoyenneté. C'est le cas en Pologne notamment.

  • Juifs de l'Alsace et de la Lorraine annexées par l'Allemagne en 1871, restituées à la France en 1918.

  • Juifs sous le régime de Vichy et à la Libération.

 Consulter les fiches conseils des Archives Nationales dont:

 Plusieurs outils d'indexation permettent de faciliter la recherche des références des dossiers

  • Le CD des naturalisations françaises 1900-1950 [1960]: des adhérents du CGJ en disposent et peuvent chercher le numéro du décret.

  • La base de données des naturalisations des Archives Nationales (XIXème siècle)

Les étrangers ayant fait l'objet d'une naturalisation française sont susceptibles d'avoir, dans leur pays d'origine, un dossier constitué pour la perte de leur nationalité de ce pays.